Le générateur de texte d’OpenIA: nième tentative d’Elon Musk de nous faire peur

Spread the love

La presse nous apprend par un titre accrocheur le dernier avatar de la méchante intelligence artificielle qui va nous manger tout cru.
« Des chercheurs ont-ils développé une intelligence artificielle trop dangereuse pour être mise en service ? »
La forme interrogative est-elle le signe que les journalistes ont appris des précédentes annonces de production d’intelligences artificielles laissant apparaître des prémices d’une intelligence forte ? espérons-le.
Car cette annonce de la sortie d’un système de génération de texte est surtout un coup marketing. Ainsi, OpenIA, centre de recherche financé entre autres par Elon Musk, a produit un système de génération de texte qui, si on lui soumet une certain nombre de paragraphes initiaux, est capable de compléter le texte, en utilisant la connaissance extraite des textes présents sur le web. Les essais effectués sont particulièrement efficaces en ce qui concerne les textes journalistiques. Ceci  montre surtout la capacité de la plupart des journalistes de reproduire sous diverses formes le même article sur un sujet donné, puisque le système reproduit en fait ce qu’il trouve sur la toile.
Mais en quoi cette nouvelle intelligence artificielle serait-elle trop dangereuse pour être divulguée ? Elle se conforme effectivement à cette obligation mimétique de la plupart des journalistes, qui n’est plus à prouver, mais fera de toute façon moins bien que ses inspirateurs, les humains générant des textes sur le web et en particulier sur les réseaux sociaux. Les créateurs de GTP-2, c’est le nom du système, (ils ne se sont pas trop fatigués, peut-être devraient-ils créer une intelligence artificielle qui génère des noms accrocheurs et évocateurs…) auraient peur de sa faculté à générer des fake news qui ressemblent à des vraies. Mais évidemment, les textes permettant cette performance existent déjà sur le web, le système ne crée pas de fake news, il les répète bêtement.
Ce que le système remet en cause, c’est principalement le journalisme fast-food qui se contente de digérer un certain nombre de dépêches et les articles des collègues, pour produire un article sans intérêt ; sera-ce une perte ? J’en doute.
Mais en annonçant que les créateurs, tel Frankenstein, ont peur de leur machine, OpenIA rouvre la boîte à fantasmes du mythe de la singularité (défendu par le même Elon Musk) où l’on a surtout pu voir à l’œuvre les tentations transhumanistes et les motivations bassement mercantiles de nous vendre (à toutes les acceptions du terme) des intelligences ou des « améliorations » nous permettant de nous protéger de ces méchantes intelligences.
Il est bien sûr nécessaire de réguler l’IA, mais cela ne passera pas en mettant en avant de telles annonces catastrophes. Ce qu’il faut réguler, ce sont les industriels qui pompent les données en nous imposant des services soi-disant « gratuits », et les structures privées ou publiques qui vont également utiliser ces données pour des fins obscures, et pas ces pauvres intelligences générées par de vraies intelligences, pas forcément bienveillantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *